Taj Mahal, palais d’un amour absolu

Taj Mahal, palais d’un amour absolu

Zouina de @myrintravel te raconte la véritable histoire du Taj Mahal, le palais le plus célèbre d’Inde.

“Le ciel bleu sur nous peut s’effondrer
Et la terre peut bien s’écrouler
Peu m’importe si tu m’aimes”…

En écrivant cette carte postale je ne peux m’empêcher de fredonner “L’Hymne à l’amour” de Edit Piaf. C’est sûrement l’une des plus belles chanson d’amour…Si ce n’est la plus belle !
Ce sentiment universel en a inspiré plus d’un qu’il soit artiste connu et reconnu ou bien simple inconnu a travers le monde et les siècles !! Et j’avoue que l’un des plus beaux symboles de cet amour absolu reste pour moi le Taj Mahal en Inde du nord, dans l’État de l’Uttar Pradesh.

“Lumière du palais”

taj mahal
Crédit photo : Zouina de @myringtravel

Le Taj Mahal se dresse sur la rive droite de la rivière Yamuna, à Agra au cœur d’un immense jardin moghol de près de 17 hectares. Immense mausolée funéraire de marbre blanc, il est édifié entre 1631 et 1648 par l’empereur moghol Shâh Jahân pour perpétuer le souvenir de son épouse favorite : Mumtaz Mahal sa “lumière du palais” en persan, morte en 1631 en donnant naissance à leur 14è enfant.

Subtile comme l’amour

Cet amoureux a vu les choses en grand ! Pas moins de 20 000 artistes et artisans : maçons, marbriers, mosaïstes, sculpteurs, peintres, calligraphes, bâtisseurs spécialisés dans l’édification de dômes etc… Sont venus d’Europe, d’Asie centrale et même d’Iran pour participer à la construction du Taj Mahal sous les ordres de son principal architecte, Ustad-Ahmad Lahori. Et ce n’est pas tout, parce que rien n’est trop beau pour sa belle, puisque plus de 1 000 éléphants sont employés pour transporter les matériaux de construction : le marbre blanc du Rajasthan, la turquoise et la malachite du Tibet, le lapis-lazuli du Sri Lanka, le corail de la mer Rouge, l’onyx de Perse, les grenats du Gange, l’agate du Yémen,  le cristal de roche de l’Himalaya… En tout, 28 types de pierres fines ont été utilisés pour composer les motifs de marqueterie incrustés dans le marbre blanc !
Cet homme a pensé à tout puisque le dôme central du tombeau est entouré par quatre minarets identiques, qui s’inclinent vers l’extérieur de telle sorte qu’en cas de tremblement de terre, ils s’écroulent dans la direction opposée au tombeau.
Résultat : un chef-d’œuvre universellement admirés du patrimoine de l’humanité! Le Taj Mahal est considéré comme le plus grand joyau architectural de l’art indo-islamique. Sa beauté architecturale reconnue repose sur un style qui combine des éléments architecturaux des architectures islamique, iranienne, ottomane et indienne.

Une légende…

taj mahal 2
Crédit photo : Zouina de @myringtravel

Plus que cette beauté mondialement reconnue, c’est la légende qui circule autour de la construction du site que j’aime tant. L’on raconte que Shâh Jahân prévoyait une réplique symétrique du Taj Mahal sur la rive gauche en marbre noir cette fois. Le premier à avoir émis cette idée fut le joaillier Jean-Baptiste Tavernier.  Il prétend que le renversement de Shâh Jahân par son fils empêcha le démarrage des travaux. Pour beaucoup, cette version est peut probable parce que contrairement au marbre blanc que l’on trouve en abondance au Rajasthan, la quantité nécessaire de marbre noir, elle n’était pas disponible en Inde ! Les coûts de construction auraient été impossibles à assumer au vu de l’état des finances impériales. L’épilogue de cette légende se trouve surement dans les fouilles réalisés en face du Taj Mahal, sur l’autre rive du fleuve. Elles ont bien révélées des restes d’un jardin moghol, le « Mehtab Bagh ».

… Un jardin

Le Taj Mahal se reflétait alors sur le plan d’eau d’un immense bassin situé dans ce jardin, ce qui a donné naissance au mythe du second Taj Noir. Assise sur l’un des bancs du jardin à l’avant du Taj, à proximité des canaux planté d’arbres, je contemple les dernières lueurs du soleil sur ce symbole d’amour absolu. Je ne peux m’empêcher de penser aux derniers jours de Shâh Jahân, à regarder la tombe de sa bien-aimée Mumtaz du haut de sa tour octogonale du fort d’Agra, de l’autre côté de la Yamuna, prisonnier de son fils Aurangzeb, usurpateur de son trône ! À sa mort, en 1666, il sera inhumé auprès d’elle.

“Si un jour la vie t’arrache à moi
Si tu meurs, que tu sois loin de moi
Peu m’importe, si tu m’aimes
Dieu réunit ceux qui s’aiment”

Zouina de @myringtravel

Facebook Comments

You May Also Like

1 Comment

  • cathy coopman 8 août 2016 11 h 31 min

    Le Taj Mahal me fait toujours penser au “gros gâteau” aka le Sacré Coeur à Paris, à moins que ce ne soit l’inverse 😉

Leave a Reply

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer