Psychanalyse : Les Algériennes sur le divan

Psychanalyse : Les Algériennes sur le divan

Les Algériennes et les Algériens sont-ils encore allergiques à la psychanalyse ? Comment cette discipline cohabite-t-elle avec nos croyances et nos guérisseurs (taleb) ? Eléments de réponse dans un documentaire sonore au cœur des traumatismes et angoisses populaires.

C’est un voyage sonore inédit et bouleversant auquel Inty t’invite. Un voyage au plus profond de l’existence du peuple algérien. Un peuple rescapé, un peuple miraculé, un peuple fort et traumatisé à la fois.

“La colonisation hante les psychés plus que la décennie noire”

Car, reconnaissons-le, les souvenirs de la décennie noire sont encore frais. La mémoire de la colonisation et de la guerre de Libération encore vive. “La colonisation hante les psychés mais ils [ses patients] n’arrivent pas encore à parler des années 1990. Il faut du temps pour que l’événement soit pensé, élaboré et symbolisé. Il faut attendre 50 ans”, estime même une psychologue algérienne, interrogée par France Culture.

Les femmes consultent plus que les hommes 

Les Algériennes vivent un malaise beaucoup plus important que les hommes.

La série documentaire, une émission-feuilleton radiophonique de France Culture, revient sur ces différents épisodes violents en retraçant l’histoire de la psychanalyse en Algérie, du voyage de Franz Fanon, à Blida, à nos jours. Si aller voir un psychologue ou consulter un psychiatre est de moins en moins tabou, se rendre chez un psychanalyste reste peu fréquent. Le pays ne compte d’ailleurs que 10 pratiquants pour près de 40 millions d’habitants.

La société est plus violente vis-à-vis des femmes. Elle leur dit rentrer chez vous, c’est là votre place.

Parmi ceux qui consultent le plus, des cadres, des diplômés, notamment des femmes, fait remarquer un psychiatre algérien, interrogé par France Culture. “Les femmes dans notre pays, surtout quand elles sont d’une certaine instruction, sont soumises à une épreuve beaucoup plus rude. Elles vivent un malaise beaucoup plus important que ce que vivent les hommes. Surtout elles ont moins de recours que les hommes, qui trouvent certains moyen de s’exprimer, d’avoir des activités plus multiples que les femmes”, explique-t-il, ajoutant : “la société est plus violente vis-à-vis des femmes. Elle leur dit rentrer chez vous, c’est là votre place”.

La psychanalyse est-elle compatible avec nos croyances ?

Le marabout de Sidi Boumediène à Tlemcen, en Algérie
A Sidi Boumediène, à Tlemcen. Crédit photo : Inty

Quelles séquelles les Algériens portent en eux ? Quel rapport nouent-ils avec la psychanalyse ? Cette discipline, venue d’Occident, est-elle compatible avec nos croyances, nos rites, nos taleb, nos marabouts et nos zaouias ? Eléments de réponse dans ce documentaire sonore :

 

Lire aussi :

Vidéo. La trise fable de l’Algérienne harcelée

Location : La galère des Algériennes pour se loger

Facebook Comments

You May Also Like

Leave a Reply

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer