J’ai testé. Une journée avec les Ama, ces sirènes du Japon

J’ai testé. Une journée avec les Ama, ces sirènes du Japon

Notre blogueuse voyage @myringtravel raconte la journée qu’elle a passé en compagnie des Ama, ces plongeuses japonaises qui pêchent en apnée. Récit.

Je sais que je vais sûrement me répéter mais l’une des choses que j’apprécie le plus en voyage est les extraordinaires rencontres que l’on peut faire et qui nous change à jamais. Mon voyage au Japon a répondu à toutes mes espérances de ce point de vue. Je me devais donc de partager avec toi l’une de ces expériences. C’est dans le village d’Osatu, à quelques kilomètres de Nagoya au sud-est du Japon, que j’ai partagé un moment avec Reiko et sa bande. Qui sont-elles ? Des Ama, littéralement « femmes de la mer ».

Dégustation

ama fruits de mer plongée japon
Dégustation de fruits de mer fraîchement pêchés par les Ama. Crédit : @myringtravel

Les Ama savent recevoir. Le rendez-vous était donné dans leur cabane de pêcheuses. En y entrant, un petit foyer central m’attendait avec non loin un joli plateau de fruits de mer frais. C’était le résultat de leur pêche du jour. En cette fin de journée, elles m’avaient concocté un menu de circonstance : un apéro-barbecue. L’une d’entre elles s’est installée avec élégance à proximité du feu pour cuisiner avec patience et me servir avec gentillesse les crustacés tout chaud. Pour me désaltérer, j’ai eu droit à un jus de Yuzu, un agrume à la saveur très particulière qui se rapproche du citron.

Cette charmante cabane leur sert surtout de repaire pour se changer, se réchauffer et prendre leur repas après la pêche. Entre ces quatre murs, je ressens surtout l’esprit de camaraderie qui règne entre elles.

Une tradition familiale ancestrale

ama japonaises
Pas de retraite pour les Ama. Elles peuvent plonger en apnée jusqu’à plus de 80 ans. Crédit : @myringtravel

La vie des Ama japonaises ne m’était pas totalement étrangère, je dois dire. C’est en regardant un jour un documentaire que j’ai découvert l’existence et le quotidien de ces sirènes japonaises. Les Ama incarnent et préservent un morceau de la culture japonaise. En effet, les plongeuses que j’ai rencontrées perpétuent une méthode, la pêche en apnée, veille de plus de 2 000 ans. Cette pratique de la pêche sans assistance est un héritage que des mères plongeuses transmettent à leur fille. Mais, malheureusement, le nombre de ces nageuses tend à diminuer. Dans la région de Toba, elles sont encore une centaine. Et elles ne songent pas à prendre leur retraite. La plus expérimentée a 83 ans !

10 mètres de profondeur en apnée

Chaque matin, elles se jettent à l’eau et visitent les profondeurs de la mer de l’océan Pacifique. Dans la région de Toba, pour être plus précise. Dans leur besace, toutes sortes de trésors marins : oursins, homard ou encore ormeaux. Le secret de leur plonger, la respiration ! Généreuse, elles effectuent une démonstration devant pour me montrer comment elles respirent avant de plonger. Cette technique de respiration est l’arme secrète de leur endurance dans l’eau.

Elles partent généralement en équipe de 5 à 6 plongeuses, à environ 500 mètres du large. Et pour atteindre plus facilement les 10 mètres de profondeur, elles utilisent des ceintures de 7 kilos. Ces femmes hors du commun m’inspirent  ! Leur courage, leur détermination et leur mode de vie respectueux de l’environnement forcent le respect.

Dans la danse

Pour conclure cette belle rencontre, elles me proposent de se glisser dans la peau d’une Ama. Sans hésiter, j’enfile grâce à leur aide la tenue traditionnelle d’une Ama. Un vrai moment de rigolade  ! Il fallait me voir avec cet équipement de plongeuse ! Mais cette expérience ne s’arrête pas là puisqu’elles m’invitent à esquisser quelques pas de danse avec elles. Je me laisse porter par le rythme de des pas de ces femmes infatigables. Une immersion comme je les aime et que je ne suis pas prête d’oublier.

Informations pratiques

Ama Hut Haciman
1094 Osatsu, Toba City, Mie, Japon
Facebook  : https://www.facebook.com/amahuthachiman/
Site  : http://amakoya.com/english%20page.htm
Email  : info@amakoya.com
Tu trouveras sur leur site toutes les informations utiles pour te rendre sur place (transport + hôtel). Elles disposent même d’une navette gratuite pour aller de la gare de Toba à leur cabane.

Zouina @myringtravel

Lire aussi :

J’ai testé. Toucher le ciel à Chréa

20 raisons de ne surtout pas visiter Constantine

Pourquoi tu vas adorer l’île de Djerba en Tunisie

Facebook Comments

You May Also Like

Leave a Reply

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer