Faïza Bouguessa, la styliste franco-algérienne qui habille les princesses

Faïza Bouguessa, la styliste franco-algérienne qui habille les princesses

En quelques années, Faïza Bouguessa s’est imposée dans l’univers très fermé de la mode arabe. Cette styliste franco-algérienne compte parmi ses clientes des princesses des pays du Golfe et des stars d’Hollywood. Portrait.

C’est il y a cinq ans que le destin de Faïza Bouguessa a basculé. A l’orée de ses 30 ans, elle décide de changer de vie. Celle qui sillonnait les airs en tant qu’hôtesse de l’air chez Emirates Airlines pose ses valises à Dubaï. C’est là qu’elle franchit le pas : changer de carrière et poursuivre sa passion pour le stylisme.

Devenir styliste, un rêve de petite fille, qu’elle n’a jamais écarté. Il était enfoui, elle l’a déterré quand elle s’est sentie prête. « Je m’étais toujours promis de réaliser mon rêve et de lancer ma marque de vêtement avant mes 35 ans. J’ai commencé à 27 ans à lire et à travailler sur mon business plan. À 29 ans, j’ai lancé la marque », explique la jeune femme originaire de Sétif et El Eulma.

La couture en héritage

Sa fibre artistique lui a été transmise par ses proches. Celle qui a grandi dans la Drôme, dans le sud-est de la France, reconnaît que son entourage, sensible aux arts, a joué un rôle clef. « J’ai eu la chance de grandir entourée d’une famille très intéressante et cultivée, attirée par les arts, la musique et la littérature. Ma mère, qui dessinait elle-même et souhaitait être modéliste également, m’a toujours inculqué un certain intérêt pour la littérature, la danse, la musique, ainsi que la mode. Ma grand-mère qui elle était couturière m’a appris la couture dès mon plus jeune âge. Un de mes oncles peignait, faisait de la sculpture et avait un fort intérêt pour la décoration d’intérieur. », confie Faïza Bouguessa.

Sa reconversion professionnelle n’a pas été si compliquée étant donné qu’elle s’était fait la main plus jeune. « Avec les notions de couture que j’avais acquises auprès de ma grand-mère ainsi que lors de stages en atelier, et sachant à peu près dessiner, je savais comment créer une ligne de vêtements. Donc, je devais m’instruire sur comment lancer et diriger une marque de mode. J’ai trouvé la réponse dans les livres », dit-elle.

Minimalisme

D’un coup de crayon assuré, elle imagine depuis cinq ans des vêtements pour femmes. Sa philosophie  ? La clef de la réussite se trouve en chacun de nous. « Le travail est le secret. Il suffit d’avoir un objectif clair et de s’y tenir. Ne laisser aucun obstacle nous arrêter, avoir de la détermination et la discipline », lance la styliste autodidacte franco-algérienne.

Son marque de fabrique ? Des coupes épurées, géométriques, minimalistes et élégantes. Elle mise aussi sur des couleurs sobres. Pour créer ses collections, Faïza Bouguessa picore un peu partout : dans l’art, dans l’architecture et même dans la nature. Elle puise également dans les garde-robes traditionnelles, en reprenant notamment à sa façon l’abaya des pays du Golfe. « Les modèles sont des pièces classiques qui sont revisitées simplement en allongeant la silhouette. Comme une veste, une chemise, un gilet », souligne-t-elle.

 

 

Une marque internationale

La maison Bouguessa, qui produit du prêt-à-porter féminin de luxe depuis près de cinq ans, s’est rapidement internationalisée. « Nous important les matières d’Italie, du Japon. Nous vendons à l’étranger à des boutiques multi-marques telles que Moda Operandi, The Modist, Bloomingdale’s, mais aussi par le biais de notre site de vente en ligne. Cependant, notre production est faite sur place, dans nos ateliers, car je tiens à garder le contrôle sur la qualité de nos modèles », avance-t-elle.

Des clientes très célèbres

Sa clientèle provient essentiellement de la péninsule arabique. Mais depuis quelques temps, Faïza Bouguessa n’habille pas seulement des princesses ou des femmes aisées du Moyen-Orient. Ses créations commencent séduire des femmes vivant aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis. Parmi ses ambassadrices connues, la reine Rania de Jordanie, Beyoncé, Jessica Alba, Marion Cotillard, la rédactrice en chef de Vogue Arabia Deena Aljuhani Abdulaziz, ou encore l’actrice et réalisatrice franco-algérienne Farida Khelfa.

 

Bien qu’elle vive depuis une dizaine d’années à Dubaï, Faïza Bouguessa ne tourne pas le dos à son pays d’origine. L’Algérie a d’ailleurs été l’une de ses sources d’inspiration. Elle raconte : « La femme Bouguessa est une femme fière de ses racines. Le lien que j’ai avec l’Algérie a toujours été très fort. C’est en grande partie mon identité, ma personnalité et une grande fierté. D’ailleurs, une de mes anciennes collections était inspirée du Haïk ».

Sarra S.

Lire aussi :

Faïza Guène, la plus Algérienne des romancières françaises

Tanina Cheriet, dans les pas de son papa Idir

Yasmine Ammari, l’Algérienne à la voix puissante

 

 

Facebook Comments

You May Also Like

Leave a Reply

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer