Le Journal de la (céli)battante “Coincée aux chiottes”

Le Journal de la (céli)battante “Coincée aux chiottes”

Les tribulations de Kenza, une Algérienne de 29 ans, qui cherche l’amour envers et contre tous.

Précédemment : épisode 1 « Khotba annulée »

J’ai quitté mon lit, couvert de mouchoirs imbibés de mes pleurs, mon peignoir d’hiver et les séries télé pour reprendre le travail. Après plus de deux semaines d’hibernation. J’appréhendais le retour.

Le matin, je me suis discrètement faufilée dans la maison pour sortir sans que mes parents ne me voient. Depuis que « l’autre » a disparu, je me suis enterrée dans ma chambre, limitant mes contacts avec eux. Je ne peux pas supporter de lire l’échec dans leurs yeux, la colère, l’humiliation. Tout ça par ma faute.

Je suis dentiste. J’ai un peu galéré à trouver un poste payé convenablement malgré les connaissances de mes parents. Monsieur Kosbough, qui gère un cabinet dans un quartier chic de la ville, m’a donné ma chance. Je lui dois beaucoup.

A l’accueil, Samira, notre secrétaire médicale, m’attendait d’un pied ferme. Sourire et bouquet de roses en main. « Alors, c’était bien passé ? ». Derrière elle, deux patients campaient déjà dans la salle d’attente ouverte sur l’entrée. J’ai senti mes larmes montées et inondées mes yeux. Sous la pression, je me suis refugiée sans coup férir aux toilettes. J’ai fermé à double tour et j’ai laissé mon maquillage couler la honte et la tristesse sur mon visage en me regardant dans le miroir. Mes yeux étaient rouges et bouffis. Dire que j’avais une sale tête était un faible mot. A force de chouiner et de me frotter les yeux, j’ai fini par abimer mes lentilles de contact.

J’étais enfermée dans les toilettes de mon cabinet. Je n’y voyais plus rien, j’avais une tête affreuse et mon ventre gargouillait déjà de faim.

C’est alors que mon téléphone s’est mis à vibrer. C’est Faten, ma meilleure amie. On se connaît depuis toujours, on a quasiment grandi ensemble.

« Salut ma puce ça va ? Comment se passe la reprise ? »

J’inspire très fort et en expirant je lâche d’une traite : « Ça va. Suis occupée »

« T’inquiète, je ne vais pas te retenir longtemps. Je voulais juste te raconter la dernière. Leïla, la fille du quatrième, elle s’est fait avoir sur toute la ligne. Tu ne devineras jamais meskina ce qui lui arrive ! Ça fait le tour du quartier depuis hier soir.

J’ai peur de connaître la suite.

« Son fiancé, en réalité, il est déjà marié depuis des années à une femme. Il est même papa d’une fille. Tu te rends compte Kenza, papa d’une fille !! Et les parents qui lui avaient présentés le jour de la khotba, c’était des acteurs. Il a payé des acteurs Kenza !! Il a tout inventé, c’est un malade !! ».

Faten était dans tous ses états : choquée, abusée, enragée. Et là, elle m’achève : « Tu vois ma puce, finalement ton histoire n’est pas si grave. Il y a pire. Au moins toi il ne menait pas une double vie ».

Elle voulait me remonter le moral, elle me l’a redescendu plus bas que terre. Ce que Faten ne sait pas, et que je n’ai jamais osé dire à personne, c’est que « l’autre » avait déjà été fiancé et avait laissé tomber la fille à la dernière minute. J’ai appris pour cette relation par accident, il s’était bien gardé de me la raconter. J’étais tombée sur une vieille photo de lui avec une fille dans la réserve de son magasin. Il avait fini par lâcher le morceau, sans entrer dans les détails. C’est peut-être ce qui l’a décidé à me demander ma main. Pour ensuite disparaître, encore. J’aurais dû avoir la puce à l’oreille, sentir qu’il n’était pas fiable.

J’ai raccroché au nez de ma pauvre Faten. J’étais toujours dans les chiottes. J’ai cru que jamais je n’en sortirais.

Episode suivant : “Bande de filles”

*Le journal de la (céli)battante est un feuilleton où se mêlent fiction et réalité. Inty a créé le personnage de Kenza. En revanche, ces histoires sont basées sur des faits réels, inspirés de la vie de plusieurs Algériennes qui ont accepté de se confier. 

Facebook Comments

You May Also Like

Leave a Reply

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer