Chercher

Touche pas à ma jupe

Touche pas à ma jupe

Nos blogueuses du Girl Power Algérien racontent une journée typique dans la peau d’une femme qui porte une jupe, des regards aux remarques culpabilisants. 

La jupe : “Nom féminin, désignant le vêtement féminin qui enserre la taille et descend jusqu’à la jambe”. Si l’on suit la définition du dictionnaire Larousse, la jupe est bel et bien un vêtement, aussi banal soit-il. Mais, chez les Algériens c’est surtout un sujet de discorde.

En ouvrant mon armoire le matin, je suis tentée, en voyant mes jolies jupes, de les porter, en sachant parfaitement tout ce que j’aurais à subir tout au long de la journée.

Et hop ! On prend son courage à deux mains et on enfile une jolie jupe. On se sent belle et confiante, on franchit le pas de la porte prête à passer une belle journée. Mais attention, pas n’importe quelle jupe, la jupe sobre et mastoura, censée être la moins problématique possible.

“Wesh Saint-Tropez”

A peine quelques mètres parcourus que tous les yeux se posent sur cette fameuse jupe, ne comprenant pas, je baisse mon regard sur la chose en question. Sait-on jamais peut être qu’elle est tachée ou bien déchirée. Nada, il n’y a rien à signaler, tout est intact, où est le problème alors ?

Ce bout de tissu tout simple, tout noir, qui dépasse les genoux, rien de glamour, rien d’extraordinaire mais chez nous il semblerait que ça soit EXCEPTIONNEL.

Je continue mon chemin mine de rien, bien décidée à ne laisser personne me gâcher cette journée qui ne fait que commencer.

Sur mon passage, j’entends des voix, je te rassure je ne suis pas folle. Ce sont en réalité des passants qui balancent des mots si l’on peut appeler ça ainsi, en espérant m’interpeller. “Wech Saint Tropez !” Un décérébré qui passait par là. “Wech men Saint Tropez yel hebesse”. Ce bout de tissu tout simple, tout noir, qui dépasse les genoux, rien de glamour, rien d’extraordinaire mais chez nous il semblerait que ça soit EXCEPTIONNEL.

Libre de porter ce qu’on veut

Et le même scénario s’est répété toute la journée, quand enfin je suis rentrée chez moi je me suis promis de ne plus porter une jupe à nouveau, plus jamais dans ce bled. Vois-tu, porter une jupe est épuisant sur le plan moral dans notre cher pays.

Comment expliquer le fait qu’en 2016 une femme ne puisse toujours pas se sentir libre de porter ce qu’elle veut ? Est-ce normal qu’un peuple soit aussi frustré ?

Désormais, les mentalités se limitent à des bouts de tissu, à des sujets qui créent la polémique pour quelques millimètres en moins.

Quand j’entends ma mère et ses amies me parler de l’époque où elles portaient librement des mini jupes, j’ai honte pour ce pays. Qu’est ce qui a bien pu se passer pendant ces dernières années ?

Désormais, les mentalités se limitent à des bouts de tissu, à des sujets qui créent la polémique pour quelques millimètres en moins.

Demain, je remets une jupe

La femme algérienne aura beau avoir des diplômes, mener une carrière brillante, être une maman forte, une épouse dévouée … Ici, elle ne sera jamais plus qu’un objet de convoitise et de désir violant d’une bande de rapaces frustrés. Le pire dans tout ça ce ne sont pas les voyous qui traînent dehors en survêt, de la chemma à la bouche. Le pire c’est de savoir qu’il y a des hommes supposés être cultivés, ayant fait des études et qui partagent le même comportement. Ça peut être un collègue de travail qui te bave dessus, un patron qui te harcèle au bureau mais à qui tu n’oses rien dire de peur des représailles ou juste un ami qui ne pourrait pas te faire des remarques à toi mais n’hésiterait pas à parler de cette fille dehors qui passe en jupe et de la traiter de …

En jupe, en jean, t-shirt ou avec le dernier sac à patate qu’elle trouvera dans son armoire, une femme ne pourra jamais se sentir libre de porter ce que bon lui semble dans ce pays. Et pourtant, je ne peux m’empêcher d’esquisser un sourire, de ressentir de la joie en voyant une jolie jeune femme ou une vielle dame porter une jolie robe ou jupe.

Pour cela, je continuerai de me battre avec ces femmes belles et courageuses … C’est décidé, demain je porte une jupe, je refuse d’abandonner aussi facilement. Continue d’être classe, bien habillée et bien maquillée, fais le pour toi-même et fais abstraction des abrutis qui t’entourent !

Keep Fighting”.

Cette chronique est d’abord parue ici

Girl Power Algérien

Vous aimerez sans doute

Laisser un commentaire

*

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer