Les yeux dans les yeux avec les SDF d’Alger

Les yeux dans les yeux avec les SDF d’Alger

Il photographie la misère dans les rues d’Alger depuis près de deux ans. Rencontre avec l’auteur de portraits bouleversants de SDF, qui dépérissent dans la capitale.

Invisibles pour certains, dangereux pour d’autres. Chaque jour, nous croisons, avec crainte ou sans intérêt, ces silhouettes fantomatiques, qui traînent leur misère dans les rues. De la capitale ou d’ailleurs. Le nombre de SDF croît en Algérie, aucune wilaya ne peut se targuer de ne pas compter de sans-abri au pied de ses immeubles.

« Eux aussi ont une vie »

12901529_1561955077435594_6945691813017763715_o
Crédit photo : Islem Haouati

Face à l’indifférence générale, un Algérien ose regarder la misère. Les yeux dans les yeux. Islem Haouati est architecte et voue une passion incommensurable pour la photographie. Un jour qu’il se promenait à Alger, ce jeune homme de 26 ans tombe sur une famille de SDF. Il partage un peu de nourriture avec eux mais, au lieu de passer son chemin, il décide de s’arrêter et de discuter avec. Au bout de la conversation, il sort son appareil photo et immortalise ces visages.

Dans la rue, j’ai rencontré des intellectuels, des artistes…

10927864_1417591811871922_2606774838037374126_o
Crédit photo : Islem Haouati

Près de deux ans après son premier cliché de SDF, Islem Haouati continue de donner la parole à ceux qui l’ont perdu, à force de vivre en marge de la société. Car le jeune homme, qui « défend l’art algérien à sa manière », ne se contente pas de capturer ces âmes. Il partage l’histoire des individus photographiés. « J’essaye à ma façon de donner la parole à cette catégorie de personnes qui n’ont plus les moyens de s’exprimer. Donc, je vais à leur rencontre, on parle, on échange des idées. J’essaye d’en savoir plus sur leur vie, comment ils se sont retrouvés là », explique l’apprenti photographe, originaire de Blida.

« Dans la rue, il n’y a pas d’intimité »

11004524_1417505555213881_1819122844132970294_o
Crédit photo : Islem Haouati

Et certaines de ces histoires sont pour le moins étonnantes. « Eux aussi ont eu une vie. Dans la rue, j’ai rencontré des intellectuels, des artistes. Il m’est arrivé de parler avec un SDF qui avait fait les beaux arts à Paris ou un autre qui avait écrit un livre. Ces gens-là existent et peuvent apporter quelque chose à notre société », raconte Islem Haouati.

Je veux juste montrer ce que les gens n’aiment pas voir

10953149_1414614265503010_8628082395065235362_n
S’il réalise la plupart de ses portraits de SDF à Alger, Islem Haouati photographie parfois aussi des sans-abri ailleurs dans le pays, comme ici à Timimoun.

Le jeune homme continue de développer son récit photographique sur les réseaux sociaux. Il compile les portraits, qu’il réalise, sur une page Facebook, intitulée « Ô pays raconte moi tes misères ». Mais sa démarche ne passe pas toujours bien auprès du public. Sur les réseaux sociaux, on lui a reproche de « toucher à l’intimité des SDF ». Islem Haouati rétorque : « Je pense malheureusement qu’ils ont perdu leur intimité vu qu’ils sont dehors. Dans la rue, il n’y a pas d’intimité. Je veux juste montrer ce que les gens n’aiment pas voir ».

Djamila OULD KHETTAB

Please follow and like us:

Vous aimerez sans doute

1 Commentaire

  • LEILA 4 avril 2017 17 h 00 min

    ALGERIE DU PETROL DOLLAR LOL !

Laisser un commentaire

*

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer