Chercher

Le harcèlement de rue, une atteinte à la dignité de la femme

Le harcèlement de rue, une atteinte à la dignité de la femme
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus

A l’occasion de la Journée internationale de la femme, ce mercredi 8 mars, Hassina Oussedik, directrice d’Amnesty International Algérie, publie une tribune sur Inty pour dénoncer le harcèlement de rue.

La super vidéo sur le harcèlement de rue réalisée par Toute Fine et Sam MB m’a beaucoup touchée. Aujourd’hui, encore en Algérie, il est difficile, pour ne pas dire dangereux, pour une femme de marcher dans la rue sans être harcelée, agressée et parfois assassinée !

Razika Cherif, Amira Merabet…

Souvenons-nous de Razika Cherif, tuée en novembre 2015 par un automobiliste à Msila pour avoir refusé ses avances ou encore, d’Amira Merabet, brûlée vive en septembre 2016, à Constantine, alors qu’elle se rendait à son travail.

Il est temps de reconnaître que ces violences portent atteinte à la dignité des femmes.

La célébration du 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, devrait être consacrée à la mobilisation pour les droits des femmes. Il est temps de reconnaître que ces actes de harcèlement de rue, sont des violences que les femmes subissent au quotidien dans les espaces publics. Il est temps de reconnaître que ces violences portent atteinte à la dignité des femmes. Il est temps de s’assurer que les femmes bénéficient d’une véritable protection de la loi. Bref, Il est temps d’y mettre fin.

Le statut « inférieur » de la femme

Les violences contre les femmes représentent les violations des droits humains les plus répandues au monde : menaces verbales, physiques, sexuelles, économiques, agressions ou assassinats. Ces violences visent à contrôler et à dominer la femme. Ces violences s’exercent chez elles, au travail ou dans les espaces publics. Souvent, l’inaction des autorités favorise les actes de violences motivés par des préjugés.

Ces violences visent à contrôler et à dominer la femme.

Dans tous les cas, cette violence est intimement liée au statut « inférieur » de la femme dans la société. Les diverses formes de discrimination empêchent systématiquement les femmes de jouir de l’ensemble de leurs droits fondamentaux, en raison de ce qu’elles sont, dans tous les pays du monde. Il est facile de refuser ses droits à une femme à partir du moment où on la considère comme un être « inférieur»…

Stop aux discriminations et aux violences contre les femmes

La discrimination trouve toujours son origine dans l’ignorance, les préjugés répandus dans la société, dans les lois discriminatoires et dans l’impunité dont jouissent trop souvent les responsables de ces violences. Pire, certains gouvernements légitiment ouvertement certaines formes de discrimination au nom de la moralité, de la religion ou d’une idéologie.

Nous devons dire stop aux discriminations et aux violences contre les femmes en Algérie et dans le monde. Les autorités doivent entendre les cris des algériennes qui ne veulent plus baisser la tête dans la rue et affirment avec fermeté : « Nous sommes là ! »

Hassina Oussedik, Directrice d’Amnesty International Algérie

Vous aimerez sans doute

Laisser un commentaire

*