Chercher

La plage, un enfer pour certaines Algériennes

La plage, un enfer pour certaines Algériennes

Dans l’imaginaire collectif, la plage évoque détente, bronzette, farniente… Sauf pour quelques Algériennes qui, chaque été, vivent un calvaire au bord de l’eau. Entre harcèlement et jugement, les femmes n’ont pas toujours leur place au soleil. 

Tu deviens stratégique. Le maillot pas trop vulgaire. La robe de plage, longue, pour ne pas choquer les voisins. Le carré sur la plage bien choisi, familial mais pas trop, avec moins de deux garçons célibataires au mètre carré. Et surtout un homme avec toi, ami, frère, père, peu importe. C’est bon tu es parée pour aller à la plage. Drôle de rituel pour une journée détente ? Pas vraiment, puisque tu le sais quand tu es une femme, la baignade n’est pas de tout repos dans certaines régions du pays.

« A Ain Taya, j’avais toujours plein de garçons derrière moi qui me suivaient. Ils attendaient que je plonge dans l’eau pour venir me tripoter sous l’eau », raconte exaspérée, Soraya, une algéroise de 28 ans. Elle a renoncé aux plages publiques pour un temps et se contente de quelques piscines et plages privées et fermées, où tu es sûre de profiter de ton été sans être embêtée.

Elles sont nombreuses à se sentir épiées, suivies et même harcelées dans des lieux publics et sous le regards des autres plagistes.

 

« On ne peut pas aller dans l’eau sans être suivies, même la présence de nos proches ou familles ne les arrête pas. » Jihanne

 

 Jeux de vilains

Ce type de mésaventure arrive fréquemment aux Algériennes, qui ont appris à ignorer les regards insistants ou les remarques désobligeantes mais parfois certains garçons vont plus loin, jusqu’à entrer dans ton intimité.

« Une fois un mec est même passé entre mes jambes, il s’est servi de mes cuisses comme d’un tunnel sous l’eau ». Soraya

De la drague avec les yeux, certains plagistes passent à l’attouchement, qui peut être considéré comme une agression sexuelle. « Une fois un mec a même tenté d’ouvrir les fils de mon maillot et lorsqu’il nageait près de moi il avait clairement les mains baladeuses. Il avait un air innocent, genre oups ! ma main traîne toute seule ! », se souvient encore choquée, Soraya. Des mésaventures de ce type, Meriem, 31 ans, en a connu aussi plusieurs. « Une fois, je sortais de l’eau lorsqu’un garçon a essayé de me toucher les fesses. Je suis sortie de mes gonds et je l’ai repoussé », se souvient la jeune femme, qui ne veut plus mettre un pied sur une plage publique.

« Police des mœurs »

Et puis il y a les justiciers de la plage à l’instar d’Amal Aicha au Maroc. Certains Algériens veulent forcer les plagistes à la pudeur et s’improvisent « police des mœurs » locale. On se souvient de cet homme au bâton qui chassait les couples sur les plages de Bordj el Kiffan. Bien qu’il se soit excusé via une vidéo, il reste surprenant que certains citoyens tentent d’imposer leurs propres règles sur des espaces publics.

Il y a deux ans le journal Echorouk parlait de comités de quartier qui souhaitaient faire régner la pudeur et les valeurs islamiques dans les quartiers de Bal El-Oued, Hammamet ou encore Raïs Hamidou. Les filles en maillot de bain étaient dans le collimateur. Ils préféraient sans doute voir ces fameuses baigneuses en burkini, djaba ou même en jeans.

« Pourtant, quand je regarde ces femmes qui nagent avec leur hidjab ou une djeba, je vois bien que ces tenues ne sont pas du tout adaptées à la nage. Et que ça rend ces femmes encore plus visibles qu’une femme en maillot car leurs tenues les collent. Le suggestif est parfois pire que le visible », estime Jihanne de son côté.
Le mieux reste encore de laisser le choix aux Algériennes, d’aller à la plage ou pas, et de se comporter comme elles le souhaitent là-bas. Ou encore d’opter pour le bikini ou la djeba comme l’avait suggéré la réalisatrice Amina Zoubir dans son documentaire « Prends ta place », chapitre du web-documentaire Un été à Alger.


AMINA ZOUBIR >>> PRENDS TA PLACE >>> ÉPISODE 3… par UneteaAlger

 

Sonia Cheikh

Vous aimerez sans doute

Laisser un commentaire

*

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer