Chercher

La fête du 8 mars en Algérie, tu en penses quoi ?

La fête du 8 mars en Algérie, tu en penses quoi ?
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus

“Bonne fête !” Depuis ce matin tu as dû l’entendre au moins dix fois cette phrase. Exclamative, attendrissante, agaçante, moqueuse ou pleine de respect ? A la rédaction, nous nous sommes posées la question : la célébration du 8 mars en Algérie, on aime ou pas ?

C’est sans doute la seule journée où la plupart des hommes dans la rue sont attentionnés avec nous. Mais étrangement nous n’en sommes pas toujours fières. Inty est allée demander aux Algériennes ce qu’elles pensent de la célébration de la fête de la femme dans leur pays. Elles ont des avis très partagés…

“Je reconnais que dans le cadre du travail c’est bien pour les employées d’avoir une journée spéciale, des cadeaux. C’est motivant et bon pour les relations avec leurs patrons. Dans la vie de tous les jours, ça n’a pas d’importance d’avoir des petites attentions, ça ne change rien pour les Algériennes”, estime Amel, qui a la quarantaine.

“Moi toute demi-journée de libre ou avantage je prends !”, plaisante Assia. “Non sincèrement je ne m’en soucie pas vraiment”, explique cette Algéroise d’une trentaine d’années.

“C’est vrai que mes collègues étaient très déçues de ne pas profiter de journée de libre au travail ou des cadeaux, ça m’a un peu surprise à vrai dire”, explique Neïla, 25 ans, qui s’est installée en Algérie il y a un an et découvre cette tradition de la fête de la femme.

“C’est inutile, ridicule et même honteux la manière dont on fête cette Journée ! On veut l’égalité alors pourquoi demander une journée spéciale ? Il faut nous respecter toute l’année”, se plaint Nassima, âgée de 63 ans.

“Personnellement, je célèbre la journée du 8 mars d’une manière très ordinaire. Mon papa offre des roses aux femmes de la maison. Ensuite, au travail, l’entreprise offre des petits cadeaux aux femmes. Généralement, ce sont des chèques cadeaux : soins en instituts, cosmétiques… Nous bénéficions aussi d’une demie-journée de libre. Bien sûr dans un monde parfait, une femme serait sûrement reconnue pour sa vraie valeur au quotidien. Mais en Algérie il suffit de franchir la porte de sa maison ou de son bureau pour être humiliée, agressée, insultée et j’en passe, tu connais la suite. Je pense qu’on est encore loin de fêter ou d’apprécier une Journée de la femme”, estime Doria, âgée de 28 ans.

“La journée du 8 mars est très importante en Algérie plus qu’ailleurs je pense…Beaucoup de femmes n’ont pas la liberté de sortir sans leur mari et elles ont le droit d’assister à des concerts de certains chanteurs raï ou kabyles lors cette journée-là seulement. Je connais beaucoup de femmes dans cette situation. Beaucoup de maris algériens offrent des présents à leurs femmes à cette occasion et pas à la Saint-Valentin par exemple”, explique Nawel, âgée de 27 ans.

Propos recueillis par Amina Boumazza

Vous aimerez sans doute

1 Commentaire

  • Maina 8 mars 2016 11 h 40 min

    C’est marrant je trouve qu’en Algérie cette journée soit considérée comme une fête, un peu comme la fête des mères, où on offre des cadeaux aux femmes et où on leur souhaite “bonne fête”. En France, par exemple, ce n’est pas du tout la même chose c’est juste une “journée des femmes” où il y a des évènements culturels, des débats, des conférences sur les droits des femmes, mais ça n’a absolument pas le statut de fête..

Laisser un commentaire

*