Chercher

Journaliste, un métier de femmes en Algérie ?

Journaliste, un métier de femmes en Algérie ?

Selon une étude, les médias algériens se féminisent. Mais l’ambition des femmes journalistes en Algérie continue de se heurter à un “plafond de verre”.

Les Algériennes ont réussi une percée remarquable dans l’univers des médias à tel point qu’elles sont parvenues à arracher la parité. C’est la conclusion d’une étude sur la situation socio-professionnelle et la visibilité des femmes dans les médias algériens, commandée par ONU-Femmes et le ministère de la Communication et dont les résultats ont été présentés lundi 27 mars à Alger.

Plus de femmes journalistes à la télévision

D’après cette enquête menée sur plusieurs mois, on retrouve donc autant de femmes journalistes que d’hommes dans les rédactions. “Dans le secteur audiovisuel, c’est plus impressionnant”, souligne l’auteur de cette étude, le consultant Saïd Benmerad, au micro de Radio M. Selon lui, les femmes journalistes en Algérie sont plus intéressées d’exercer leur métier dans des chaines de télévision que dans la presse écrite.

Autre nouveauté, les Algériennes ne se contentent plus d’être des journalistes de bureau. “Elles font de plus en plus de métiers réservés jadis exclusivement aux hommes” tels que l’écriture de chroniques, de portraits ou de reportages, précise Saïd Benmerad.

“Plafond de verre”

Malgré cette progression, les Algériennes ne sont pas encore parvenues à briser le “plafond de verre”, qui les empêche d’accéder à des postes de décision. Si de plus en plus de femmes sont chargées de l’encadrement intermédiaire, on les retrouve peu souvent au haut sommet de décision, révèle ainsi l’auteur de cette étude.

Les stéréotypes sur les femmes subsistent 

Ce dernier met également en lumière un paradoxe. Bien que les organes de presse algériens se féminisent, les médias s’intéressent très peu aux femmes. Seuls 22% des sujets parlent des Algériennes.

Pire, les médias continuent de véhiculer des stéréotypes sur les femmes, en s’intéressant surtout aux Algériennes en tant que “bonne épouse”, mère aimante ou “femme au foyer”. Un autre plafond de verre qu’il est aussi temps de faire sauter !

 

Vous aimerez sans doute

Laisser un commentaire

*

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer