Journal de céli(battante) : Sa main sur mon épaule

Journal de céli(battante) : Sa main sur mon épaule

Les tribulations de Kenza, une Algérienne de 30 ans, qui cherche l’amour envers et contre tous.

Précédemment : Celle qui n’étais plus témoin

Asma a vu que j’avais “vu”. Mais je n’ai toujours pas répondu à sa question-invitation. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Asma veut m’inviter à son mariage sans y mettre les formes, comme si elle tolérait ma présence sans trop en avoir envie.

Tout comme elle, je suis déchirée entre fierté et nostalgie. J’aimerais tant renouer avec elle, reprendre notre amitié là où elle s’est arrêté, dans ce foutu salon de coiffure. Mais, en même temps, ne mérite-je pas une invitation en bonne et due forme moi aussi ?

Pour Faten, tout cela n’est que pure “gaminerie. Les meufs vous avez trente piges, il est temps de grandir !”. Elle a sûrement raison. Asma a fait le premier pas, c’est à moi de faire le deuxième.

J’avais la “fenêtre” de Messenger ouverte sur l’écran d’ordinateur, à ruminer toutes ces questions, lorsque M. Kosbough a frappé à la porte du bureau avant d’entrer.

“Encore une journée de travail harassante, chère Kenza. Et tu as été parfaite comme d’habitude. Merci”, sourit-il en ôtant ses gants.

Il était déjà tard, le cabinet s’était enfin vidé de ses patients. Les rentrées scolaires sont toutes les mêmes, avec leur lot d’écoliers et de caries. On a à peine le temps de déjeuner. Mais je t’avoue cher journal que je préfère soigner les petites dents de ces gourmands que les vieilles chicos de ces messieurs les gros fumeurs.

Il ne restait au cabinet plus que M. Kosbough et moi. On forme une belle équipe depuis maintenant quelques années, c’est avec lui que j’ai tout appris. J’ai toujours eu beaucoup de considération pour cet homme, qui m’a donné ma chance. Je l’imaginais en père de famille aimant, en ami fidèle. Jusqu’ici j’avais été reconnaissante.

Son matériel est quelque peu désuet et il m’avait chargée de commander une nouvelle machine pour les radios dentaires. J’avais fait ma petite sélection et je voulais lui présenter les différents modèles retenus. “Voyons ce que tu m’as trouvé”, me dit-il en baissant ses lunettes de vue sur le bout de son nez.

J’étais en train de lui expliquer les avantages et les points faibles de chaque engin, lorsqu’il a posé sa main sur mon épaule. Je suis restée figée quelques secondes en sentant sa main près de mon cou. Son souffle frôlait ma joue, son eau de Cologne envahissait mes narines.

M. Kosbough n’est pas du genre tactile. Je me suis demandée ce qui lui prenait tout à coup. Gênée, j’ai repris mon flot d’explications. Et puis sa main a glissé lentement de ma nuque à mes cheveux. Doucement, il s’est mis à me caresser. J’étais pétrifiée.

Récapitulatif :

épisode 1 « Khotba annulée »

épisode 2 « Coincée aux chiottes »

épisode 3 « Bande de filles »

épisode 4 « 47 appels »

épisode 5 « Celui qui s’invite de partout »

épisode 6 « Ménage de printemps »

épisode 7 « Proposition indécente »

épisode 8 “Crêpage de Chignon

épisode 9 « Un moment d’égarement #1 »

épisode 10 “Un moment d’égarement #2

épisode 11 “Je voulais juste acheter des chaussures”

*Le journal de la (céli)battante est un feuilleton où se mêlent fiction et réalité. Inty a créé le personnage de Kenza. En revanche, ces histoires sont basées sur des faits réels, inspirés de la vie de plusieurs Algériennes qui ont accepté de se confier.

Facebook Comments

You May Also Like

Leave a Reply

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer