Farah Yasmine, l’animatrice algérienne qui lutte contre le cyber-harcèlement

Farah Yasmine, l’animatrice algérienne qui lutte contre le cyber-harcèlement

Passée de la télévision au web, la très populaire Farah Yasmine veut sensibiliser les jeunes algériens contre le cyber-harcèlement. Portrait.

Pour sa première émission sur le web, Farah Yasmine a vu les choses en grand. Une image de la baie d’Alger de nuit en toile de fond, une décoration épurée, un mug floqué du logo de l’émission… L’ex-animatrice de KBC s’est visiblement inspirée des talk shows américains pour aménager le plateau de son émission Fel web maa Farah Yasmine. Les similitudes ne s’arrêtent pas là. Des présentateurs américains, la journaliste algérienne, passée cette année du petit écran au web, a aussi cherché à reprendre leur ton caustique et humoristique et leur esprit confessions personnelles.

Le harcèlement des personnalités sur internet est omniprésent et complètement pris à la légère en Algérie.

Mais la jeune femme aux longs cheveux noirs ébènes n’a pas voulu créer un divertissement seulement. Sa mission est plus sérieuse : sensibiliser les jeunes internautes au cyber-harcèlement et au cyber-bashing. « Fel web avec Farah Yasmine est un programme de talk show unique en son genre en Algérie. Son but premier est celui de faire comprendre un message fort à l’internaute algérien. Le harcèlement des personnalités sur internet est omniprésent et complètement pris à la légère en Algérie. C’est dans cette optique que j’ai décidé de braquer les projecteurs sur ce phénomène », explique celle qui est suivie par plus de 54 000 fans sur Facebook et 87 000 abonnés sur Youtube.

Sensibiliser contre le harcèlement et les insultes sur le web

Le déclic ? Sa notoriété grandissante sur le web. « Lancer une émission de sensibilisation était pour moi une chose évidente. Vu le nombre de mes followers, il fallait que je sache en faire bon usage. J’essaye de passer des messages profonds aux jeunes. Déjà par mon rôle d’ambassadrice du don du sang en Algérie, ensuite, par mon émission de lutte contre le cyber-harcèlement Fel web maa Farah Yasmine« , poursuit la web-influenceuse.

farah yasmine sara lalama
L’actrice Sara Lalama a été la première invitée de l’émission « Fel web maa Farah Yasmine ».

Farah Yasmine relève ce défi depuis près d’un mois. Elle a produit cinq numéros qui ont tous rencontré leur public. Chacun d’eux, qui dure près d’une trentaine de minutes, a été visionné en moyenne plus de 300 000 fois sur sa chaîne Youtube. Il faut dire que le casting est plutôt alléchant. Sur le fauteuil des invités, se sont succédé pour le moment l’actrice Sara Lalama, la blogueuse Amira Riaa, et le Youtubeur Anes Tina, entre autres. Dans son agenda, l’animatrice a prévu d’interviewer prochainement Mademoiselle S, Numidia Lazoul, Merouane Guerouabi ainsi que Souhila Benlachhab.

“Ce que je trouve génial, c’est les retours positifs de mes invités après leur passage sur mon émission. Nombreux sont venus me voir pour me dire que quelques-uns de leurs followers s’étaient excusés suite à cela. Pour moi, rien que cette démarche est une réussite”, se réjouit-elle.

Spontanée

Alors que beaucoup de ses invités rêvent de percer à la télévision, Farah Yasmine a fait le chemin inverse. Sa carrière a démarré au début des années 2010. Un objectif en tête : passer devant la caméra. Avant de se faire une place dans le paysage audiovisuel algérien, la journaliste en herbe s’est formée dans la rédaction du journal francophone Liberté. « Même si je voulais faire carrière dans la télé, je savais qu’un bon journaliste devait passer par la case de rédaction afin de savoir disposer ses idées et sortir un récit cohérent », dit-elle, avant d’enchaîner : « Je pense sincèrement que je dois énormément à ce quotidien. J’avais à peine la vingtaine que je me suis retrouvée dans le bain des professionnels ».

J’anime de la même façon dont je parle dans la vie de tous les jours.

Avec l’arrivée fracassante des chaînes de télévision privées en 2012, Farah Yasmine parvient à décrocher un poste. Un seul mot d’ordre : la spontanéité ! « Je me suis lâché dès le départ. Je n’ai jamais essayé de ressembler aux autres. J’anime de la même façon dont je parle dans la vie de tous les jours. Et je pense que c’est ce qui a créé cette complicité avec mon public », sourit-elle.

Arab presenter, un mauvais souvenir

Sa fraîcheur séduit plusieurs directeurs de chaînes de télévision et de radio. Les propositions s’enchaînent. Elle co-anime la matinale de Jil FM, le Jil morning, de 2013 à 2014. De l’animation, elle passe à la conception. Elle créer et présente Talk-Show musical, un programme diffusé sur la chaîne KBC. En 2015, elle est choisie pour représenter les animateurs algériens dans Arab presenter, au Liban. Un expérience éprouvante. « Contre toute attente, cette expérience m’a plus servi de leçon sur   le plan humain qu’autre chose. J’avais subi beaucoup de racisme et d’injustice. Avec le temps, j’ai compris que c’était juste une question de sponsoring et qu’il n’y avait pas grand intérêt à garder les Algériens. Ceci dit, après mon retour, j’ai revu tous mes plans. J’ai pris du recul par rapport à tout cela et j’ai décidé de tracer mon chemin toute seule », philosophe-t-elle.

C’est seule qu’elle porte l’émission Fel web maa Farah Yasmine. Grâce au succès rencontré, elle envisage d’agrandir le plateau de l’émission afin d’y accueillir un public. Comme les shows américains !

Mais après la presse écrite, la télévision et le web, Farah Yasmine veut s’essayer à quelque chose de nouveau. « Je vais laisser parler la businesswoman en moi. Ce ne sera pas dans un contexte journalistique, mais plutôt de la création artistique. C’est une surprise ».

S.S.B

Facebook Comments

Vous aimerez sans doute

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer