Chronique. Quoi mon foulard ? Il te dérange ?

Chronique. Quoi mon foulard ? Il te dérange ?

Lassée d’être critiquée sur sa manière de porter le foulard, Toute Fine s’interroge sur notre fâcheuse propension à nous juger les uns et les autres. Chronique. 

« J’ai eu besoin d’écrire aujourd’hui, le dégoût d’hier.
Hier, c’était la dernière séance de nos ateliers d’écriture pour adultes, la galerie où on exerce donne sur l’extérieur et la vitre laisse tout paraître.

« Ton foulard tu veux le retirer ? »

Une vieille connaissance, un garçon, s’est mis face à la galerie pendant des minutes puis m’a fait signe de la main, je l’ai salué en retour ce qui l’a fait venir vers moi. Après deux « ça va » échangés il m’a tout de suite taclée avec le fameux « ton foulard tu veux le retirer ? ».
Mes cheveux dépassaient et mon cou était dénudé, je n’ai pas su quoi rétorquer, ma journée était fatigante et sa question m’était lassante, routinière. J’avais juste envie de me taire pour qu’il parte, chose qu’il a fait après m’avoir dit « tu sais c’est dans le Coran, c’est pas moi mais Dieu qui le dit, un homme quand il voit une jolie femme ça lui fait mal au cœur de ne pas l’avoir et donc si Dieu dit aux femmes de se couvrir c’est pour le bien de l’homme et de la femme aussi, pour la protéger, après tu es libre de faire ce que tu veux mais sache que tu as tort ».
J’ai répondu par un sourire gêné et l’ai regardé partir heureux de m’avoir fait la morale, une bonne action de plus à son panier. Je m’en suis voulue le soir de ne pas lui avoir répondu. Qu’est-ce qui m’avait retenue ? Sa bouche qui empestait le shit et qui me poussait à vouloir raccourcir au maximum ma discussion avec lui ? Mon ras-le-bol des remarques faites sur ma manière de mettre mon foulard ? Ou bien l’absence d’arguments face au « c’est Dieu qui le dit » est-ce que Dieu le dit vraiment ? De plus en plus de courants disent que non.
J’en ai parlé à mon cœur hier qui m’a répondu qu’il aurait fallu dire que dans le Coran il n’y a pas le mot hijab mais Khimar, que le Khimar reste une notion vaste et que la Sunna est blindée de contradiction avant de conclure en me disant que de toute façon ce genre de personnes ne se remettront jamais en question et que toute discussion sera veine.
Écrire n’est en revanche pas un acte vain. Cela me réchauffe en ce froid sombre et boueux. Je regrette qu’ici il ne neige jamais, la neige aurait pu peut-être distraire les esprits mal tournés, leur apporter de quoi s’occuper, des disques à changer. Mais, à mon sens, le blanc ne voile jamais les terres où les intentions puent la nausée. »

Toute fine

Lire aussi : 

Chronique. Et soudain, plus de connexion à Internet

Toute Fine, la slameuse qui veut libérer la parole des Algériennes

Facebook Comments

You May Also Like

1 Comment

  • djamil 12 février 2018 16 h 50 min

    A la fin, dieu (si il existe) ne jugera pas les gens sur ce qu’il porte sur leur personne amsi sur la bonte de leur coeur. Il y a beaucoup trop de gnes qui preche mais qui eux meme ne pratique pas le cote spirituel de leur religion. N’ait pas d’importance la longeur de ta barbe ou combient de surface corporelle ton foular couvre..etc mais la purete de ton coeur et la purete de tes penses. Focalisant moin sur le materiel et plus sur le spirituel. Nous nous en porteront mieu. Si l’homme ne peut resister a ses propres temptations c’est que son iman est faible et qu’il doit y travailler. A bon entendeur.

Leave a Reply

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer