Chercher

Chronique d’une ANSEJeuse. Je deviens femme entrepreneur !

Chronique d’une ANSEJeuse. Je deviens femme entrepreneur !
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus

#Episode1 Je deviens femme entrepreneur et j’opte pour l’Ansej

Voilà quelques mois que je ne travaille plus. Je ne me laisse pas démonter, bien au contraire. C’est enfin l’occasion de réfléchir à mon avenir professionnel. Maintenant que je dispose de plus de temps, je peux enfin me consacrer à un projet auquel je réfléchis depuis quelques années déjà. Et oui, j’ai décidé d’entreprendre !

Mais avant de te raconter mes péripéties et états d’âmes, commençons par le commencement.

Je suis Sarah, une Algérienne de 30 ans, je vis à Alger et je suis célibataire. J’aime la vie et ses défis. J’en ai d’ailleurs relevé plus d’un. Mais celui que j’ai choisi de partager avec toi est sans conteste celui qui m’a le plus marqué : entreprendre en passant par l’Ansej. A ma grande surprise, cette expérience s’est avérée une longue série d’anecdotes, parfois drôles, d’autres fois dramatiques et même bizarres par moment.

A l’orée de mes 30 ans, j’ai décidé d’ouvrir centre de formation. Ce n’est pas seulement une manière de revenir dans la vie active, c’est aussi un rêve. Une passion que j’ai pour ce domaine, que je maîtrise sur le bout des doigts.

Déterminée, je me mets très vite au travail. Je commence par étudier la faisabilité du projet et établir une étude de marché, ce qui me permet d’avoir une visibilité sur mes besoins financiers. Il est vrai que j’avais réussi à faire quelques économies pendant mes dernières années de dur labeur. C’est d’ailleurs cet argent-là que je comptais utiliser pour créer ma boîte.

Mais ma calculatrice m’a vite fait descendre de mon petit nuage. Le prix de location d’un bureau dans la capitale, indécemment cher et payable obligatoirement à l’année, additionné au coût du mobilier et du matériel informatique et Hi-Tech, représente bien plus que ce que j’avais prévu de dépenser. Je n’ose même plus penser au fond de roulement qui me permettrait de faire tourner mon business et d’offrir à moi-même ainsi qu’a mes futurs employés des salaires décents.

Apres cela, le doute ne quitte plus mon esprit. Et si mon idée n’était pas si géniale ? Suis-je à la hauteur ? Et même si je l’étais, comment financer mon projet ? J’ai besoin d’en discuter avec des gens qui sont passés par la, peut-être que les expériences et conseils de tiers personnes m’éclaireront.

Le doute n’est plus permis

Je contacte quelques amis et anciens collaborateurs qui sont entrepreneurs. J’expose mon projet et mes inquiétudes. J’avoue qu’ils ont tous été charmés par mon idée. Ils m’ont même motivée. L’un d’eux en particulier. Selim, jeune talentueux entrepreneur qui commence à s’imposer sur le marché algérien du consulting, m’a apporté un soutien moral et financier que je ne suis pas prête d’oublier. Comme il veut que j’aille jusqu’au bout de mon projet, il m’a proposé d’apporter une petite participation financière qui lui sera rendue par des actions plus tard. Cet apport est symbolique mais c’est un élément déclencheur pour moi.

Je ne vais plus laisser tomber. Des gens me font confiance et croient en moi. Je ne veux plus reculer.

C’est aussi au court de ces différentes discussions que j’ai entendu parler de l’ANSEJ (Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes). Un dispositif d’aide aux jeunes porteurs de projets algériens qui, paraît-il, offre un accompagnement personnalisé et financier pour encourager entrepreneuriat et relancer l’emploi en Algérie.

J’entame une petite enquête sur internet. Tout de suite, je me réjouis des nombreux avantages qu’offre cet organisme : pas d’intérêts sur le crédit contracté, exonération d’impôts pendant 3 ans, formation et accompagnement etc. Mon enthousiasme est tel que je me demande pourquoi en Algérie il n’y a pas plus de jeunes chômeurs qui saisissent cette merveilleuse opportunité. Bref, sans plus tarder,  je fonce vers l’agence ANSEJ la plus proche de chez moi, pour plus d’informations.

Nous sommes en Juin 2015 et je viens de prendre l’une des décisions les plus importantes de ma vie. C’est officiel, je lance ma boîte et je deviens une Ansejeuse.

A ce moment-là, je ne sais pas encore que je m’engage dans une longue, éprouvante et palpitante aventure…

Vous aimerez sans doute

3 Commentaires

  • Med 18 mars 2016 11 h 48 min

    On peut avoir des nouvelles de ton business ? ou est ce que vous en etes??? Ca marche???

    Je veux avoir ton feedback… jai des idees similaires ???

    • djamila 18 mars 2016 11 h 53 min

      Merci de votre intérêt. La chronique de l’Ansejeuse se déroule sur plusieurs épisodes. Le deuxième épisode sera publié au cours de la semaine prochaine.

  • Redhouane 21 mars 2016 13 h 32 min

    Sympa ! moi même entrepreneur depuis fin 2014, j’ai hâte de lire la suite … !
    Bonne continuation.

Laisser un commentaire

*

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer