Journal d’une (céli)battante “Proposition indécente”

Journal d’une (céli)battante “Proposition indécente”

Les tribulations de Kenza, une Algérienne de 29 ans, qui cherche l’amour envers et contre tous.

Précédemment : “Ménage de printemps”

Il a la peau blanche et le yeux (!) Il a un bon poste à la Sonatrach. Il a une voiture et termine le chantier de sa villa qui comptera 4 étages ! Au rez-de chaussée, il a installé une pizzeria et envisage d’ouvrir aussi un salon de coiffure pour homme. Il a déjà fait deux Omra, il est d’une bonne famille.

Il est surtout déjà marié.

Dans le portrait robot que m’a dressé tante Zohra, ce dernier détail n’est qu’anecdotique. Pour elle.

“Tu sais à ton âge on a plus vraiment le choix”

“Mais je n’ai même pas 30 ans !”

“Oui c’est ce que tu dis maintenant mais les années passent vite. Tu as déjà essayer de trouver quelqu’un par toi-même. Et sois bien contente que tes parents aient accepté. Mais regarde où ça t’a mené : tout le voisinage, toute la famille, tout le monde se moque de toi. L’amour c’est bon pour les films indiens. Reviens à la réalité ya Kenza”

Je n’avais jamais mis au tant de temps à préparer un café. J’accomplissais chacun de mes gestes au ralenti.

“Tu veux que je sois malheureuse avec un homme marié”

“Et pourquoi malheureuse ? Il a su rendre heureuse sa première femme. C’est pas comme ton fiancé qui a même pas été foutu de demander ta main”

“S’il est heureux avec elle, alors pourquoi il veut se marier ?”

“Parce que lui a les moyens de rendre heureuse une autre femme. Il veut partager, c’est un homme généreux. Je connais sa femme, elle ne manque de rien. Il la traite bien. Tu mérite un homme qui te traite bien”.

C’est pas faux. Je mérite du respect et de la considération mais de là à les trouver chez un homme déjà marié…

Depuis cette proposition soudaine, tante Zohra ne me lâche pas d’une semelle. Elle essaye même de convaincre ma mère de l’intérêt de cette union. Si au début ma mère prenait cette histoire à la rigolade, j’ai l’impression qu’elle considère la chose avec plus de sérieux depuis hier. Que se sont-elles dit ? Est-ce que ma mère accepterait de laisser son enfant unique être marié à un inconnu, déjà engagé auprès d’une autre ? Rien qu’à l’idée que ma mère puisse m’encourager à épouser cet homme, j’en ai des frissons.

Depuis l’arrivée de tante Zohra à la maison, je sors moins. Je n’ai pas revu les filles depuis l’attaque au pâtissier de Faten sur “l’autre”. On discute sur Facebook, elles vont bien. Faten ne veut toujours pas entendre parler d’homme dans sa vie, Zouzou a craqué sur un collègue enseignant et Asma, repartie dans le sud, file le parfait amour avec son architecte. Un amour à distance.

Hier alors que j’étais au cabinet en train d’installer une couronne dentaire, elle m’a appelé. Je l’ai rappelé quelques heures après. A l’autre bout du fil, elle paraissait tout excitée. On en est rapidement venu au sujet brûlant :

“Karim est là !”

Je lui demande d’un air bête : “Karim ton architecte ?”

“Ouiiii ! Il a fait le voyage, il m’a fait la surprise. Il est descendu à la base de vie. Il a débarqué avec un bouquet de fleurs…”

Je l’interromps : “C’est romantique. Il est vraiment très attaché à toi”

“Mais ce n’est pas tout Kenza. Il m’a donné une bague. Il est venu jusqu’ici pour me demander de l’épouser. Il a dit que je suis la femme de sa vie, qu’il ne s’est jamais senti aussi bien depuis qu’il me connaît. Il veut refaire sa vie avec moi”

Entre sanglots, rires et emballement, Asma semblait submergée par ses émotions. Et il y de quoi. Ces deux-là se connaissent depuis un mois à peine. Ils ne se sont vus que deux fois dans leur vie.

J’ose : “C’est mignon mais Asma… Ce n’est pas un peu précipité ?”

“Quand c’est le bon, on le sait tout de suite. Pas la peine d’attendre. Regarde toi, tu as été deux ans avec quelqu’un et finalement tu ne le connaissais pas”.

Elle venait sans s’en rendre compte de me boxer à de coups de poing. Qu’ont-ils tous à me renvoyer mon échec avec “l’autre” à la figure ?

Récapitulatif :

épisode 1 « Khotba annulée »

épisode 2 « Coincée aux chiottes »

épisode 3 « Bande de filles »

épisode 4 “47 appels”

épisode 5 “Celui qui s’invite de partout”

*Le journal de la (céli)battante est un feuilleton où se mêlent fiction et réalité. Inty a créé le personnage de Kenza. En revanche, ces histoires sont basées sur des faits réels, inspirés de la vie de plusieurs Algériennes qui ont accepté de se confier. 

Facebook Comments

You May Also Like

Leave a Reply

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer